Cadre de santé : optimiser les soins

Cadre de santé, service de lymphologie, Hôpital Cognacq-Jay, Paris
30 August 2021
Management d’équipe soignante, organisation, évolution des pratiques, gestion, contrôle qualité et sécurité, mise en oeuvre des projets institutionnels ou paramédicaux, encadrement d’étudiants… Les diverses activités du cadre de santé visent un objectif crucial : qu’il y ait les bonnes compétences au bon endroit au bon moment, jour et nuit. Témoignages de trois cadres, auparavant infirmières, sur leur métier dans leur établissement.

Sylvie Pihouée, cadre de pôle oncologie médicale, Hôpital Franco- Britannique, Levallois-PerretJe suis chargée de l’organisation et de la coordination des activités de soins du pôle oncologie, pour l’hôpital de jour, l’hôpital de semaine et l’hospitalisation conventionnelle. Soit trois types d’unités répondant aux besoins du patient et à son parcours de soins, avec pour chacune une organisation et des moyens en matériels et personnels spécifiques. La continuité des soins est un point essentiel pour assurer la qualité et la sécurité de la prise en charge. Les professionnels doivent développer des compétences non seulement très techniques, en évolution constante, mais aussi relationnelles, d’accompagnement du patient et de sa famille aux différentes étapes de sa maladie. C’est passionnant.

Sylvie Pihouée
Cadre de pôle oncologie médicale, Hôpital Franco- Britannique, Levallois-Perret

Audrey Perruchot, cadre de santé, Établissement d’accueil médicalisé, Monnetier-MornexMa mission comprend trois axes majeurs : veiller à la bonne continuité des soins somatiques et psychiques des résidents ; « manager » les professionnels paramédicaux, ce qui, à l'EAM, inclut également des ergothérapeutes, psychomotriciens ou kinésithérapeutes ; et développer les liens avec les partenaires du département. Mon objectif est de faciliter la bonne mise en oeuvre des projets de soins, dans le cadre du projet d’établissement, pour accompagner chaque résident au plus près de ses besoins et dans le respect de sa singularité. Cela implique notamment, avec mes autres collègues chefs de service, de réussir à conjuguer nos deux principales cultures métiers : le sanitaire et le social.

Audrey Perruchot
Cadre de santé, Etablissement d’accueil médicalisé, Monnetier-Mornex

Bénédicte Poussielgue, cadre de santé USP, Hôpital Cognacq-Jay, ParisEn unité de soins palliatifs, nous accompagnons les personnes jusqu’au bout, en tenant compte de leur histoire de vie et de leur famille. La gestion des émotions requiert une grande vigilance, tant du côté des patients et des proches que du côté des soignants. Le management par l’intelligence émotionnelle, notamment l’attention portée aux signes non verbaux, me permet de repérer une souffrance psychologique ou une lourdeur dans les équipes, pour l’intérêt de tous. Faisant le lien entre la direction et le service, je prends aussi le relais en cas de difficulté majeure dans l’équipe. Il existe ici un état d’esprit de bienveillance à tous les niveaux auquel je tiens beaucoup.

Bénédicte Poussielgue
Cadre de santé, Unité de Soins Palliatifs, Hôpital Cognacq-Jay, Paris